De quelles maladies peut souffrir le Cocker spaniel anglais ?

Véritable chien de chasse, le Cocker spaniel anglais est un chien de constitution robuste. Il s’agit d’un chien enjoué et plein d’énergie. Il vous suffit de regarder sa queue toujours remuante pour vous rendre compte de sa joie de vivre et de sa bonne humeur. Généralement, cette race de chien est rarement confrontée à la maladie. Par conséquent si vous l’adoptez, il aura très peu de consultations chez le vétérinaire. Toutefois, il est possible que quelques spécificités liées à la race favorisent l’apparition de certaines maladies plus ou moins inconfortables pour l’animal. On vous les présente rapidement.

Brève présentation du Cocker spaniel anglais

D’origine britannique, le Cocker spaniel anglais est une race de chien très social. Il est répertorié, selon la Société centrale canine, dans le groupe huit des retrievers, chiens leveurs de gibier et chiens d’eau. En effet, destiné à la chasse depuis ses origines, ce chien s’était particulièrement illustré comme leveur de bécasses. D’ailleurs, son nom « cocker » vient du mot anglais « woodcock » qui signifie « bécasse ». Comme comportements et caractères, le Cocker spaniel anglais est affectueux, calme et protecteur. Mais étant donné que c’est un chasseur-né, donc très énergique, il a besoin de beaucoup d’exercices pour être épanoui et en bonne santé. L’entretien de ce chien n’est pas du tout compliqué. Il suffit de brosser et de peigner régulièrement.


Les maladies chez le cocker

À l’instar des nombreuses autres races, le Cocker spaniel anglais peut être malheureusement confronté à différentes affections. Ces dernières sont dans la majorité des cas d’origine génétique. Au nombre, ces maladies sont en général héréditaires, c’est-à-dire transmises par les parents.

L’APR : Atrophie Progressive de la Rétine

L’Atrophie Progressive de la Rétine est une perte progressive de la vision. Elle se caractérise par la dégénérescence puis la mort des cellules rétiniennes. Cette maladie héréditaire de l’œil peut aller jusqu’à la cécité totale de la vue. Elle apparait entre 2 et 12 ans et s’exprime de trois manières chez votre animal. Dans le premier cas, il peut être un sujet saint. Là, il n’est pas un porteur du gène, donc il ne la transmettra donc pas à ses enfants. Dans le deuxième cas, il peut être un sujet sain et porter le gène. Dans ce cas, il le transmettra à sa descendance. Dans le troisième cas, il peut être un sujet atteint. Là, il va exprimer la maladie et sa descendance aura forcément des sujets porteurs ou atteints. Notifions que L’APR n’a aucune incidence sur l’espérance de vie de l’animal qui, en général, est de 15 ans. D’ailleurs, il ne figure pas dans le top des 10 animaux dont l’espérance de vie est la plus courte.

La dysplasie des hanches

Cette affection est liée à une défaillance ligamentaire. Elle engendre une déformation de l’articulation de la hanche et l’apparition d’arthrose précoce. Elle se manifeste habituellement par des boitements et des difficultés à se mouvoir.

La néphropathie familiale

C’est une pathologie liée à une insuffisance rénale précoce. Elle apparait entre 6 mois et 2 ans.

Ses symptômes sont :

  • consommation excessive d’eau ;
  • volume excessif d’urine, perte de poids ;
  • vomissements ;
  • diarrhées ;
  • insuffisance rénale progressive et irréversible jusqu’au décès de l’animal.

Les insectes qui meurent après avoir piqué

Se promener dans la nature, prendre du bon temps dehors ou faire un pique-nique dans le jardin, on peut très bien avoir des insectes comme « invités ». Seulement, on pourrait être victime d’une piqûre et connaître une forte douleur, certains en sont même allergiques. Parmi eux, il y en a qui meurent après avoir piqué et d’autres qui arrivent à conserver leur vie.

Les insectes « hyménoptères » et leur piqûre

Dans la catégorie des insectes qui sont pourvus d’un dard, cet organe pointu qui pourrait être venimeux, il y a ceux que l’on appelle hyménoptères. On recense l’abeille, la guêpe, le frelon et le bourdon, qui possèdent un aiguillon pouvant s’avérer toxique. Certes, ils ne sont pas naturellement agressifs, mais ils utilisent cette arme quand ils se sentent menacés.

On remarque que le frelon et la guêpe sont plutôt plus agressifs quand ils sont en proie à leur nourriture ou quand on s’approche de trop près de leur nid. Les abeilles sont attirées par les aliments sucrés, et sont près des humains lors de la manipulation de leur ruche, mais n’attaquent que quand elles se sentent en « danger » avec des gestes brusques. Les bourdons sont rarement offensifs puisqu’ils se consacrent à la pollinisation dans les champs.

Il faut savoir que seuls les hyménoptères femelles qui piquent, car les mâles ne possèdent pas de dard. C’est avec la piqûre qu’ils injectent le venin, et l’introduction de la toxine se fera sous la peau ou sur des muqueuses, mais également dans un tissu conjonctif comme celui de l’œil entre autres. 

Le cas de l’abeille

Parmi ces hyménoptères, l’abeille est celle qui perd sa vie juste après avoir piqué. Certes, avec les 20 000 espèces enregistrées, il y en a qui ont une durée de vie réduite de quelques jours, comme il y en a qui arrivent à vivre pendant des semaines, voire des mois, et le cas particulier de la reine qui aurait une espérance de vie de 5 ans. L’abeille n’est pas particulièrement agressive, notamment quand l’apiculteur intervient dans les ruches pour extraire le miel des cadres. Elle utilise son dard pour se défendre, sauf que sa piqûre est très douloureuse et s’avère être dangereuse chez certains sujets allergiques.

Lors de la piqûre, le dard barbelé des abeilles restera coincé sous la peau qui se referme. Son aiguillon est attaché à son corps, et le geste souvent systématique du piqué qui la chasse de sa main arrive à lui arracher le dard. L’abeille éventrée saigne alors et meurt. Rares sont les cas où les abeilles survivent après avoir piqué.

Et qui conservent leur vie après avoir piqué ?

Ces insectes dotés de dard ne piquent pas sans raison, ils s’en servent pour se protéger ou lors d’une agitation. Dans le cas des guêpes, ils utilisent essentiellement leur dard pour chasser des petits insectes qui vont leur servir de nourritures. Mais elles peuvent piquer quand les humains s’approchent trop de leur nid. Seulement, contrairement aux abeilles, elles possèdent un dard lisse et une piqûre ne suffit pas à leur ôter l’aiguillon. Sachez également que la guêpe est attirée par le sucre et la viande, elles sont omnivores.

Le frelon est le plus gros parmi les hyménoptères. Avec sa forte corpulence, il possède également un plus grand dard que sa piqûre est beaucoup plus profonde et beaucoup plus douloureuse. On distingue le frelon européen du frelon asiatique, ce second est beaucoup plus « féroce » et beaucoup plus dangereux. La piqûre du frelon asiatique est moins profonde, mais plutôt « musclée », car elle peut traverser des tissus plus épais, et même les protections en caoutchouc. Le frelon peut piquer plusieurs fois jusqu’à ce qu’il vide sa poche de tout le venin. 

Animal de compagnie : optez pour le ragamuffin

Envisagez-vous d’adopter un animal de compagnie ? Pourquoi ne pas opter pour un chat de la race ragamuffin ? Redécouvrez à travers cet article l’essentiel sur ce félin.

Description de ce type de chat

Caractérisé par sa grande taille (entre 22 cm à 25 cm), le ragamuffin est un chat à la fois doux et calme. Il se reconnaît facilement par sa fourrure épaisse qui fait penser à celle du lapin. Doté d’une queue plus ou moins longue, ce félin dispose d’un corps musclé avec une forme rectangulaire. Ses yeux, quant à eux, sont grands et très expressifs. Pour ce qui est du nez, il ressemble à celui du Ragdoll, mais en version plus creusée et plus courte.

Comportement du ragamuffin

Le ragamuffin est connu pour sa sociabilité et son affectuosité. La preuve, il accompagne son maître partout où il va. L’animal veut que celui-ci le prenne dans ses bras pour lui faire des câlins. En outre, il entretient une bonne relation avec les enfants. Notez que ce chat a l’habitude de faire confiance à son entourage et il n’est pas du tout peureux. Raison pour laquelle il faut le garder à l’intérieur d’autant qu’il n’a pas besoin de faire beaucoup d’activités physiques. 

Conseils pour prendre soin de cette race de chat

En règle générale, le ragamuffin jouit d’une bonne santé. En effet, aucune pathologie héréditaire spécifique à sa race n’a été recensée jusqu’à maintenant. En ce qui concerne son alimentation, il doit juste manger des nourritures de très bonne qualité. Pour choisir ces dernières, prenez en compte l’âge et l’état de santé de votre animal de compagnie. À titre d’information, ce félin est connu pour être un chat gourmand. Surveillez donc la quantité de l’aliment qu’il avale pour éviter les maladies.

Maintenant que vous connaissez l’essentiel sur le chat de la race ragamuffin, il ne vous reste plus qu’à en adopter un.

Toux du chenil : définition et cause et traitement

La toux chenil ou trachéobronchite infectieuse canine fait partie des maladies les plus courantes chez le chien. Il se caractérise par une affection de l’appareil respiratoire dont les symptômes peuvent être identiques à ceux de la grippe. Cette maladie est très contagieuse en collectivité telle que les refuges, les élevages, les pensions et les expositions canines.  Toutefois, tout chien peut contracter la toux chenil puisqu’elle peut se répandre par simple contact « nez à nez » pendant une promenade par exemple.

Quelles sont les causes de la toux chenil ?

La toux chenil est généralement causée par une bactérie nommée Bordetella Bronchiseptica et plusieurs virus respiratoires, en particulier le Parainfluenza canin (CPIV) et l’adenovirus canin de type 2 (CAV-2). Elle peut également résulter d’une contamination simultanée par différents agents pathogènes comme le Mycoplame, les Pasteurelles ou le Coronavirus qui est un virus respiratoire.

Cette maladie se transmet par simple voie aérienne lors d’une toux ou d’un éternuement d’un chien affecté ou par contact direct avec celui-ci. Elle peut également se transmettre indirectement via des surfaces contaminées.

Quels sont les symptômes de la toux chenil

Les symptômes de la toux du chenil sont facilement reconnaissables. En général, les premiers signes de cette maladie font leur apparition 3 à 5 jours après la contamination. La maladie se manifeste ainsi par les symptômes suivants :

  • Toux rauque et sèche persistante
  • Eternuements
  • Ecoulement nasal
  • Fièvre
  • Apathie
  • Vomissements
  • Appétits
  • Ecoulement au niveau des yeux
  • Difficultés respiratoires

Il est à noter que la trachéobronchite infectieuse peut se présenter sous deux formes : la forme simple et la forme complexe. La forme simple est la plus courante et guérie sous trois semaines environ. Quant à la forme complexe qui est plus rare, la maladie est plus difficile à traiter et peut se transformer en broncho-pneumonie. Dans ce cas, une forte fièvre, des difficultés respiratoires plus sévères et écoulement nasal purulent peuvent s’ajouter aux symptômes énumérés précédemment.

Ainsi, Si votre chien présente ces symptômes, il est nécessaire de consulter un vétérinaire dans les plus brefs délais. En effet, elle peut se progresser en pneumonie et tuer l’animal. Sachez également que maladie peut continuer de se répandre même après la disparition de ces symptômes. Des rechutes sont aussi possibles chez les animaux les plus affaiblis.

Comment traiter la toux du chenil ?

Si vous observez ces symptômes chez votre chien, il faut contacter immédiatement un vétérinaire. Ce dernier réalisera un examen et quelques analyses afin d’évaluer la sévérité de l’infection comme une analyse des cellules sanguines et une analyse biochimique. Une radiographie du thorax peut également être demandée.

Si le vétérinaire diagnostique une toux chenil, il choisira le traitement à apporter selon la gravité de la maladie et son atteinte respiratoire. En général, le traitement consiste en l’administration d’antitussif pour se débarrasser de la toux. Celui-ci peut s’accompagner d’antibiotiques en cas d’affection plus grave (infection bactérienne). Afin d’éradiquer totalement la maladie, le traitement peut s’étaler sur plusieurs semaines (jusqu’à 6 semaines, voire plus). En cas d’échec du traitement, l’animal peut être hospitalisé pour obtenir des soins plus intensifs.

Pour prévenir cette maladie, il est conseillé de faire faire un vaccin contre la toux chenil pour les chiens dont les risques d’infection sont importants : séjour en collectivité (dans une pension ou en chenil), exposition canine, chasse, animalerie, élevage ainsi que privilégier une bonne alimentation pour son chien et une bonne hygiène de vie… Ce vaccin assurera la protection de l’organisme de l’animal contre la Bordetella bronchiseptica et le Parainfluenza. En plus de la vaccination, des mesures d’hygiène essentielles et une désinfection régulière des locaux sont également nécessaires.

Un élevage pour trouver un Teckel à poil dur

Vous avez tendance à succomber à toutes les annonces proposées sur les sites classiques, mais les mauvaises nouvelles sont souvent au rendez-vous. Il y a de grandes chances pour que les portées soient importées, les chiots sont alors malades et la durée de vie est forcément limitée. Il est préférable de vous attarder sur des professionnels en France qui répondent à toutes les normes en vigueur et vous êtes certain d’avoir une vraie traçabilité. Il est donc possible de trouver un élevage de Teckel nain à poils durs et tous les chiots sont inscrits au LOF. Vous avez donc de vrais papiers pour ces animaux qui sont conçus dans la totale légalité.

Des prix élevés, mais justifiés

Certes, il est toujours complexe de débourser aux alentours de 1500 euros pour un chien, mais ce prix est motivé par les éleveurs. En effet, ils sont élevés dans les meilleures conditions, ce qui implique forcément une alimentation spécifique, des soins, des visites chez le vétérinaire, des vaccins… Cela demande un coût élevé et sur les sites classiques, les tarifs peuvent être divisés par deux, mais il y a de grandes chances pour que les chiots soient malades, ils sont susceptibles de mourir quelques semaines plus tard. Il est alors préférable de vous rapprocher de ces experts qui peuvent vous fournir un arbre généalogique.

Le Teckel nain apprécie la chasse

Ces boules de poils sont des compagnons parfaits pour ceux qui aiment les activités ou une vie relativement tranquille. En effet, le caractère est très agréable, il est rythmé par une bonne dose de courage et de volonté. Il apprécie forcément la chasse puisque sa race est prédestinée à ces activités. Ces animaux sont également très affectueux, si vous avez des enfants, ils seront des compagnons indispensables, mais vous devez forcément vous attarder sur une bonne éducation de votre chien.

Comment bien élever son lapin de compagnie ?

Vous avez décidé d’adopter un lapin et vous vous demandez comment prendre soin de lui ? Bien s’occuper d’un lapin demande un peu d’organisation et beaucoup d’affection. Nous vous livrons nos conseils afin de rendre votre petit compagnon heureux dans son nouveau foyer !

5 conseils pour bien s’occuper d’un lapin et le rendre heureux

1 – Nourrissez-le avec des fruits et légumes frais

Bien s’occuper d’un lapin passe par une alimentation équilibrée, riche en fruits et en légumes frais. Les lapins sont friands de légumes en tout genre : salade, persil, endive, menthe, mâche, coriandre… Vous pouvez nourrir votre lapin deux fois par jour avec ces aliments. Notez que certains légumes sont toxiques pour les lapins. Ainsi, pomme de terre, ail, oignon, navet, poireau et champignon sont interdits dans leur alimentation.

Les fruits peuvent être donnés en petite quantité aux lapins, en guise de friandise par exemple. Parmi les fruits qu’ils apprécient, nous pouvons mentionner les fraises, framboises, pommes, poires, abricots, pêches, cerises et raisins. Veillez à retirer les pépins et noyaux avant de les donner à votre lapin.

2 – Mettez à disposition du foin et de l’eau à volonté

Le foin est un élément important pour le lapin. Il aide à réguler la pousse des dents et participe à son bon transit. Un lapin doit toujours avoir du foin de qualité à sa disposition. Il doit également s’hydrater tout au long de la journée. Vous pouvez mettre de l’eau à sa disposition dans un biberon ou dans une gamelle.

Dans ce cas, privilégiez les gamelles en céramique. Cela évitera que votre lapin s’amuse à la soulever avec son museau pour la renverser.

3 – Donnez-lui de l’espace

Un lapin heureux est un lapin qui peut gambader librement dans votre espace de vie. Pour bien s’occuper d’un lapin, vous pouvez le laisser en liberté et aménager un coin pour sa litière, sa gamelle et son foin.

Si vous ne pouvez pas le laisser en liberté totale, optez pour la semi-liberté. Votre lapin doit alors sortir plusieurs par jour pour être heureux (source).

4 – Appliquez les bons soins pour bien s’occuper d’un lapin

Pour bien s’occuper d’un lapin, il faut appliquer quelques soins :

  • Coupe des griffes. Les griffes du lapin poussent de manière constante. Vous devez donc les couper régulièrement sans toucher à la partie veineuse de la griffe. Vous pouvez vous rendre dans un salon de toilettage ou chez le vétérinaire afin de lui couper ses griffes.
  • Brossage de son pelage lors des périodes de mue. Votre lapin va renouveler son pelage deux fois dans l’année. Lors ces périodes, il perd beaucoup de poils. Afin d’éviter qu’il ne les ingère lors de sa toilette, pensez à le brosser régulièrement.
  • Contrôle de l’hygiène de ses yeux et de ses oreille Vous trouverez en animalerie des produits adaptés afin de nettoyer délicatement les yeux et les oreilles de votre lapin.

5 – Donnez-lui de la distraction et de l’attention

Le lapin est un animal curieux et sociable. Afin de contribuer à son bien être, offrez-lui des jeux comme des tunnels ou des balles en osier. Passez également du temps avec lui en le choyant et en le caressant. Vous pourrez alors l’entendre grincer des dents, signe que votre lapin passe un agréable moment.

Du foin et de l’eau à volonté, une alimentation saine à base de fruits et légumes, de l’espace et de l’attention sont donc les essentiels pour prendre soin d’un lapin et en faire un animal heureux.

Pour aller plus loin, nous vous conseillons de lire cet article sur l’élevage des lapins de compagnie.

Comment choisir son chien de compagnie ?

L’adoption d’un animal de compagnie n’est pas une décision facile et il ne faut pas oublier que c’est souvent une charge avec des contraintes à gérer. Lorsqu’on souhaite adopter un animal de compagnie, il faut avoir en tête que cela n’est pas un jeu. Les chats et les chiens ont beau être indépendants, il faut s’en occuper, les nourrir, les dorloter et passer du temps avec eux pour les éduquer et éviter qu’ils s’ennuient. Les chiens comme les chats ont besoin d’affection et d’attention pour être heureux. Choisir son chien, c’est choisir une race qui puisse convenir à votre mode de vie. Un gros chien ne sera pas très heureux dans un petit appartement. Il vaut mieux attendre d’avoir plus d’espace pour le bien-être de votre animal. 

Le choix d’un chien joueur et affectueux

Les chiens adorent jouer, mais certaines races sont encore plus demandeuses que d’autres. Le bichon maltais est une boule de poil pleine de surprise et idéale pour les enfants. Ils sauront bien s’entendre pour faire les quatre cents coups. Il est bien sûr possible de trouver des chiots bichons maltais à vendre. L’achat d’un bichon est une valeur sûre pour toutes les familles en quête d’un compagnon affectueux et plein de vie. L’avantage est qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’une grande maison ou d’un grand jardin. Ce genre de chien s’adapte à votre habitat sans difficulté et vous n’aurez pas de nuisance sonore à gérer avec vos voisins. Ce sont des animaux discrets même lorsqu’ils restent seuls une journée entière, sans leurs patrons. 

Quel est le budget à prévoir pour un chien de compagnie ?

Tout dépend du chien que vous voulez adopter. Les chiens de race peuvent être très onéreux alors qu’ils ne seront pas toujours les meilleurs compagnons à vivre. Si vous souhaitez faire des concours ou des portées, il vaut mieux investir pour assurer votre avenir.  En tout état de cause, le budget d’un animal de compagnie ne se limite pas à l’achat. Il faudra prévoir les visites vétérinaires au moins annuellement, mais aussi la nourriture. Avoir un chien nécessite un certain budget.

Les 7 races de chats les plus populaires dans le monde entier

Câlins, félins, malins, voilà autant de qualificatifs correspondants à nos amis les chats ! Ces animaux sont désormais devenus des membres à part entière de familles dans le monde entier. Nous recommandons toujours de choisir un chat qui correspond à votre style de vie. Mais si vous souhaitez ajouter un ami félin à votre famille, l’une des 7 races de chats les plus populaires suivantes peut faire votre bonheur.

L’european Shorthair

Le chat européen est considéré comme l’ancêtre de tous les chats. Avec un comportement calme et doux, cette race reste également active et enjouée. Ces matous sont très adaptés à la vie de famille avec la bonne quantité de divertissement et de stimulation. Mais ils apprécient aussi la vie en extérieur.

Le Maine Coon

Ces chats très longs et musclés sont l’une des races de chats, les plus grandes du monde. Ainsi, ils ne conviennent pas aux propriétaires qui recherchent la discrétion d’un chat de petite taille. Le Maine Coon est gai, affectueux et s’entend bien avec les enfants. C’est un animal de compagnie idéal pour une famille nombreuse. Les propriétaires de Maine Coon aiment cette race pour son pelage majestueux et son caractère affirmé.

Le persan

Le petit nez aplati et le manteau épais distinguent ces chats d’origine iranienne. Les persans ont un tempérament calme et doux et un amour pour les siestes. Ce qui en font un compagnon idéal pour une famille plus posée mais aimante. Combinés à leur beauté, il n’est pas surprenant qu’ils soient l’une des races de chats les plus sollicitées.

Le Bengal

Le Bengal est un chat très actif et curieux qui aime chasser. Ces chats se caractérisent par leur apparence sauvage, semblable à celle d’un léopard. Ce qui en fait un chat très connu et attrayant du point de vue esthétique. En dépit de ses origines sauvages, cette race peut être très affectueuse, en particulier avec les enfants et les autres animaux. Les Bengal sont également connus pour être intelligents, doux et sensibles.

Le Birman

Considéré comme le résultat d’un croisement entre le siamois et le persan, le Birman est un grand chat aux yeux bleus, au comportement tendre et attachant. Ces chats sont curieux et joueurs et ils aiment suivre leur propriétaire pour attirer l’attention. Ce sont également des races de grande taille.

Le Ragdoll

Avec le Maine Coon, le Ragdoll est également l’une des plus grandes races de chats. Répandus dans le monde entier, ils ont une disposition gentille et douce. Adopter un chat Ragdoll est vivement recommandé pour les ménages où règne la tranquillité.

Le chat des forêts norvégiennes

Cette grande et majestueuse race norvégienne porte un pelage épais qui lui confère une stature impressionnante. Il a un physique robuste et musclé, avec des pattes arrière plus longues conçues pour la chasse et l’escalade. Il est indépendant et désireux de chasser et d’explorer. Mais le chat des forêts norvégien aura également le plaisir de partager de nombreux moments d’affection avec son propriétaire.

Comment apprendre à son chien à se mettre couché ?

Le « couché » est un ordre important à apprendre au chien et pourtant, beaucoup de maîtres se contentent uniquement du « assis ». En effet, se mettre couché est un signe de soumission pour le chien, mais aussi de confiance.

Accepter cette vulnérabilité sur simple ordre de son maître équivaut un beau témoignage d’amour et un grand contrôle de son excitation naturelle.

Comment apprendre au chien à se coucher ?

Pour tous ces ordres de base, vous ne devez jamais le faire par violence ou en utilisant des accessoires d’éducation. Les colliers de dressage que l’on trouve des sites comme celui-ci sont dédiés à punir de l’agressivité, à faire cesser une fugue ou à stopper des aboiements.

L’éducation du couché est bien plus efficace avec les méthodes positives. Demandez à votre chien de se mettre assis. Une fois qu’il est assis, réussissez votre prouesse grâce à son obsession de la nourriture. Montrez-lui une croquette en maintenant l’ordre de rester assis.

Puis, venez la mettre entre ses pattes avant. Le chien va alors se pencher pour l’attraper. Avancez-la devant lui en la maintenant proche du sol. Pour l’atteindre, il se retrouve alors obligé de s’étendre. Dites à ce moment « couché » et vous pouvez, au départ, l’aider en appuyant un peu sur son dos pour qu’il se retrouve parfaitement allongé.

Renouvelez l’exercice plusieurs fois par jour. Les chiens étant intelligents, ils comprennent vite le fonctionnement et en quelques semaines, le simple mot « couché » suffira pour obtenir qu’il s’allonge. La queue battant dans tous les sens et attendant sa friandise avec joie, il aura totalement oublié que cette position n’est pas la plus confortable.

Puis, commencez à dire cet ordre quand vous êtes dehors ou lors d’une situation stressante. Quand il vous écoute, alternez entre les caresses / mots de félicitations et les friandises pour le récompenser. Cela évitera de devoir sans cesse sortir avec des friandises ou de le faire grossir…

Généralement, vous réussirez à obtenir des beaux « couchés » en moins de deux mois avec de jeunes chiens ou ceux à l’écoute.

En vidéo, c’est encore plus facile de comprendre la technique d’apprentissage !

Quand utiliser cette technique ?

Cette technique est drôle quand vous souhaitez montrer à des enfants ou des amis que vous êtes un bon maître et qu’il vous écoute… Mais, ce n’est pas un jeu de cirque. Il y a de vrais intérêts à apprendre cette consigne au chien.

La première est de calmer son excitation face à un autre chien ou un humain. Quand il tire comme un fou ou jappe pour les voir, demandez-lui de se coucher. Restez à distance s’il le fait pour un autre animal afin de ne pas le mettre dans une situation de dominé non naturelle.

Cela peut aussi être fait quand vous attendez chez le vétérinaire ou que vous souhaitez laisser le chien dans une situation d’attente. Par exemple, si vous allez à la boulangerie et que l’animal est interdit dans l’enceinte, faites-le s’allonger à l’entrée de la boutique le temps que vous achetiez votre pain.

En quelques mois, cette position peut même devenir un comportement réconfortant pour le chien. L’associant à des félicitations futures de votre part et, il faut l’avouer, confortable, le couché accompagne alors son quotidien comme le rappel.

Pour tout savoir sur la race de chien Shiba Inu

Visage semblable à celui du renard, élégant, actif et indépendant, le Shiba Inu est un chien originaire du continent asiatique. Il est généralement de petite taille avec un front large semblable à celui du renard. Comme tous les chiens, il très fidèle et performant pour la garde du troupeau. Son entretien implique cependant des dépenses assez importantes. Son espérance de vie est généralement de 13 ans. Si vous projetez d’en élever un, vous devez rapidement essayer de limiter son instinct afin de limiter au plus les dégâts. Pour en savoir plus sur la race de chien Shiba Inu, consultez cet article.

Quelques informations utiles sur la race de chien Shiba Inu

Le Shiba Inu est un chien originaire des pays asiatiques plus précisément du japon. La race Shiba Inu a failli disparaître dans les années 1912 et 1926 en raison de la forte importation de chiens européens au japon au courant de la révolution industrielle japonaise. Pour la préservation de cette race, un groupe d’amateur de ladite race a été mis sur pied vers les années 1928. Quelques années plus tard, le Shiba Inu est devenu un trésor voir un patrimoine national au japon. Pour plus d’informations sur la race de chien Shiba Inu, n’hésitez pas de vous rapprocher de votre vétérinaire. 

L’entretien du Shiba Inu

Le Shiba Inu est naturellement un animal indépendant considéré comme peu affectueux. Mais dans tous les cas, il conviendrait de le dresser afin de limiter son instinct. A ce niveau, il convient de l’éduquer dès son plus jeune âge en lui donnant des jouets. Il peut cependant être non accueillant envers les étrangers et les autres animaux comme les chats. Afin de l’éduquer de manière adéquate, le mieux serait de lui trouver un jardin car c’est un animal énergétique. 

Ne craignez surtout pas pour votre responsabilité civile, car c’est chien qui n’aboie pas beaucoup. Pour ce qui est des risques sanitaires intrinsèques à l’animal, il n’y a pas grand-chose à craindre. Ménagez-vous pour respecter vos rendez-vous chez le vétérinaire. Pour l’alimentation, prévoyez de la viande avec peu de matière grasse avec des légumes et du riez en complément. Toutefois l’élevage du chien pour les besoins des travaux champêtres est beaucoup plus apprécié que l’élevage à domicile en raison de l’aspect sanitaire. 

Navigation