Catégorie : Chien

Mon chien a-t-il pu transmettre la gale à mon enfant ?

Plus d’un foyer sur deux possède un animal de compagnie en France et le chien se trouve en tête de liste, suivi du chat, du poisson et du rongeur. Un des animaux domestique les plus appréciés des français et surtout des enfants, le chien peut être un ami fidèle d’autant plus qu’il est très intelligent. Cependant, l’élever n’est pas sans risque. Tout comme l’intégralité des êtres vivants, il peut présenter des maladies, dites « zoonose » pour le cas des animaux, c’est-à-dire, qui peuvent être transmissible de l’animal à l’homme. Parmi elles figure la gale.

Quels sont les risques ?

Provoquée par des acariens microscopiques, la gale du chien se présente sous trois formes différentes, dont la gale des oreilles, la gale sarcoptique et la démodécique ou la démodécie. Étant une maladie parasitaire, elle est contagieuse. Par un contact direct avec un animal atteint de cette maladie, le propriétaire risque de la contracter. Les enfants sont les plus exposés à cette contamination, notamment s’ils sont très proches de leur chien. Le risque de transmission des zoonoses reste élevé chez les tout petits et la gale peut vite se propager par les caresses.

Est-ce inquiétant ?

Cette maladie de la peau qui touche le chien reste douloureuse et irritante pour la bête. Bien qu’elle ne soit pas mortelle, il ne faut pas oublier de noter qu’elle est très contagieuse. Si vous possédez un chien et qu’il est très proche de vos enfants, il faut que vous appreniez à identifier ce genre de maladie. Elle se manifeste le plus souvent par des démangeaisons importantes, des plaques rouges, des croûtes et des boutons.

Le traitement de la gale est basé sur la prise d’antibiotiques dans un délai qui peut s’étendre jusqu’à 10 jours. Comme c’est une maladie bénigne, elle reste facile à gérer, à moins d’être diagnostiquée à temps. En effet, si elle est vite repérée, elle n’est pas difficile à traiter.

Vous devez faire attention au moindre comportement de votre toutou. Un changement fréquent de position peut, entre autres, vous alerter. Un léchage compulsif peut aussi vous servir d’alarme sur l’état de santé général de votre chien. En cas de vomissements, une consultation chez le vétérinaire s’impose.

Mieux vaut prévenir la gale que guérir

Comme tout être vivant, le chien n’est pas non plus exempt de maladies. Cependant, il est tout à fait possible de les prévenir, que ce soit par la vaccination ou par les antiparasitaires. Une consultation régulière chez le vétérinaire est aussi une sage décision. Pour le cas de la gale, il faut inspecter le plus souvent le pelage de l’animal afin de déceler des parasites ou des plaies. Cette opération est également conseillée en ce qui concerne les oreilles de la bête.

Par ailleurs, il y a toujours des mesures à prendre en cas de gale et il n’y a pas lieu de s’inquiéter, car, même s’il n’y a pas de vaccin contre la scarlatine, il est tout à fait possible de la prévenir avec des règles d’hygiène strictes, que ce soit individuellement ou collectivement. Il est essentiel de garder en tête qu’une bonne hygiène est toujours l’une des plus grandes préventions. Les bains, l’entretien des espaces de jeu de l’animal et la désinfection de ses espaces de vie sont des points très importants.

Adopter un chien : ce qu’il faut savoir

Tout le monde sait que le chien est le meilleur ami de l’homme. Il est avec le chat l’animal le plus domestiqué. Mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il sera facile de s’en occuper. En effet, différentes mesures sont à prendre avant de se lancer dans l’adoption d’un chien. Voici alors quelques informations à savoir pour que l’adoption du chien ne tourne au désastre.

Etre prêt à l’aimer

Le chien est un animal de compagnie qui est très utile. En quelque sorte, c’est un membre à part entière de la famille. Mais tout le monde n’a pas forcément les mêmes goûts, même au sein d’une même famille. Il faut alors s’assurer que chaque membre de la famille est pour le fait d’adopter un chien. S’il y en a un qui n’aime pas du tout les chiens, cela risque de poser des problèmes aussi bien au chien qu’au sein de la famille.

Avoir un bon budget

Un chien ne mange pas de la terre. Par conséquent, son alimentation requiert un certain investissement, sinon il risque d’être mal nourri. La quantité et la qualité de sa nourriture doivent parfaitement être respectées. A part la nourriture, il faudra aussi penser à lui procurer des jouets, des colliers, le faire vacciner, l’emporter régulièrement chez le vétérinaire, etc.

S’engager pour le long terme

En moyenne, un chien vit entre 10 et 20 ans, selon la race. Le fait d’adopter un chien constitue donc un engagement pour le long terme. Si l’on est sûr de pouvoir s’occuper de lui pendant tout ce temps, il n’y a aucun problème. Mais si au bout d’une ou deux années on va l’envoyer au refuge, cela n’en vaut pas la peine.

Accompagner son épanouissement

Le chien est un animal intelligent, mais il est nécessaire de l’assister pendant qu’il grandit. Eduquer un chien requiert une grande patience car il ne pourra pas assimiler tout ce qu’on lui demande en une seule fois. Il faut également veiller à jouer avec lui, faire des exercices avec lui, le promener, etc.

Prévoir les absences

Le chien est un animal fidèle et il tient beaucoup à son maître. Le fait qu’on le laisse seul pendant toute la journée est déjà suffisant pour le déprimer. Il sera donc nécessaire de trouver quelqu’un qui en prendra soin jusqu’à l’arrivée du propriétaire. Pendant les vacances, s’il est impossible de l’emporter avec soi, il vaut mieux trouver quelqu’un chez qui le déposer temporairement jusqu’à ce que l’on soit de retour.

Navigation